Accordéon et surnoms

accordéons surnoms

L’accordéon est souvent désigné comme un instrument ringard. Souvent lorsque je dis que je joue de l’accordéon les regards deviennent étranges ! Est-ce normal ? cela dit même si cela ne semble pas fun c’est un instrument magique. Il a dans les siècles passés eu plusieurs surnoms : il est bon de le savoir, si vous en connaissez d’autres n’hésitez pas à me le faire savoir :

  • le piano à bretelles,
  • la boite à punaise,
  • le branle poumon,
  • la boite du diable, bolets an diaoul ( basse Bretagne)
  • la boite à chagrin,
  • calculette prétentieuse,
  • la boite à frisson
  • le dépliant
  • la boueze ( haute Bretagne)
  • le piano du pauvre

Histoires

Qui aurait pu imaginer qu’une petite lame métallique appelée anche libre, née en Asie, révélée à l’Europe au siècle des Lumières par des ecclésiastiques puisse générer, au début du XIXe siècle, une formidable famille d’objets musicaux ? Ils auront pour noms : aéoline, mélophone, aélodion, cécilium, aélomédicon, symphonium, psalmélodicon, aélodicon, oélodium, physarmonica, harmonicor, oériphones, odestrophèdon. Mais aussi harmonium, concertina, harmonica, bandonéon et. accordéon. Qui sait aujourd’hui que ce dernier a grandi dans les bras de demoiselles en crinolines, pour continuer sa carrière aux mains d’immigrés italiens, inventant avec les Auvergnats la java et la valse musette ? Pendant ce temps, son cousin, le bandonéon né en Allemagne, est devenu la voix du tango en Argentine. Ce livre raconte la formidable épopée d’une lame de métal expressive, livrée au génie des hommes qui rêvèrent de créer un instrument imitant la voix humaine.

  • A lire L’accordéon quelle histoire de Philippe Krumm

Dans la Bretagne intérieure des années 1860, la vie s’écoule au rythme immuable des travaux des champs, des foires et des veillées. Au hameau de Douar Mad au Faouët, toute la jeunesse de Fanch Laridon est bercée par les traditions, la proximité de la nature, la solidarité collective. La musique des sonneurs de couple (bombarde et biniou) accompagne alors mariages, pardons et fêtes… Aussi, quand son vieux parrain lui lègue sa bombarde, Fanch prend relève et se forme auprès maîtres renommés. Il découvre aussi l’amour avec une petite “Parisienne”, initiée en retour aux mystères des légendes bretonnes. Au tournant du XXe siècle, Fanch pressent pourtant qu’il sera l’ultime représentant de l’antique tradition musicale, face à la montée des “folklorismes” citadins, qui finiront par affecter aussi bien la danse que les costumes, la langue ou les relations sociales.

  • A lire Le Sonneur des halles de Daniel Cario

C’est un ouvrage de type “beau livre” présentant un ensemble d’instruments rares et exceptionnels, sélectionnés pour la richesse des matières et des matériaux qui les composent, l’originalité de leur facture et leur diversité. Ils proviennent d’une collection privée.

  • A lire et découvrir Trésor de lames Accordéons, bandonéons de Laurent Jarry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *