L’harmonie avec l’accordéon diatonique

Définition de l’harmonie

L’harmonie étudie la construction des accords, les principes qui les gouvernent et leurs enchaînements ; on parle alors de l’aspect « vertical » de la musique par opposition à la dimension « horizontale » (mélodie).(source wikipedia).

L’harmonie avec notre accordéon diatonique est souvent simple, nous ne disposons que de 6 accords pour un accordéon 8 basses, ce qui est peu. Pour rappel nos accords sont tous majeurs sauf le la qui est mineur. Vous pouvez retrouver le sens de majeur et mineur dans cet article. Certains facteurs enlèvent les tierces (la troisième note de l’accord) ceux-ci ne sont plus ni majeurs ni mineurs ni accords d’ailleurs. Wikipédia nous dit : Une combinaison de deux notes émises simultanément est plutôt considérée comme un intervalle harmonique.

Comment enrichir cette harmonie

Le côté qui me plaît dans cet instrument c’est la possibilité de faire un maximum de choses avec un minimum de notes. Il est possible de croiser les accords même si au départ ce n’est pas automatique.

Il y a deux écoles, celle des professeurs qui jouent avec les tierces et celle de ceux qui les enlèvent. J’ai personnellement appris avec la première école aussi je transmets la même chose. Et lorsque je n’entends pas les tierces cela me dérange. Inversement c’est la même chose pour quelqu’un qui a habitué son oreille sans les tierces.

Pour autant je répète, lorsque j’ai les tierces mes accords sont majeurs sauf le la mineur. Pour rappel voici ma main gauche en 8 basses.

accord main gauche

 

 

Les lettres minuscules représentent les accords, soit trois notes jouées simultanément. Je prends par exemple le ” d  “ l’accord de ré , c’est ré fa# la joués simultanément, puisqu’il est majeur. Si je veux jouer un ré mineur je dois jouer ensemble ré fa la c’est-à-dire que mon fa# du majeur se transforme en fa.

Hélas je ne peux pas car je ne peux pas changer quelque chose de construit. Par contre si je joue le ” f “ l’accord de fa, je vais jouer le fa, la, do et je joue du coup les notes recherchées avec une en plus. Mon accord sera donc ré, fa, la, do (le ré étant le “D”) et deviendra un ré mineur avec la septième note le do.

En conclusion le ré majeur est joué par le ” D  d ”  

et le ré mineur 7 est joué par le ” D f “. Il a le 7 en plus mais il est mineur même sur mon diatonique.

 

Durée de notes et de silences

La durée des notes

 

La tablature est un moyen de mémoriser un air, de l’écrire d’oreille sans avoir de connaissance particulière de solfège. Il manque tout de même la durée des notes.

Ce premier tableau indique la durée des notes les unes par rapport aux autres.

Exemple : la noire (troisième ligne) vaut 2 croches, ou 4 doubles croches.

durée des notes

La durée des silences

 

Le même tableau avec la valeur des silences.

durée valeur des silences

Ordre des altérations qui vont constituer l’armure

 

altérations armure musique accordéon

 

Voici l’ordre des # et des ♭, altérations qui vont constituer l’armure (# et ♭ à la clé), déterminant la tonalité. L’ordre des # ou ♭ progresse toujours par quinte.

J’essaie de traduire pour les allergiques au solfège.

 

Lorsque je prends une tablature, celle-ci est composée de deux écritures.
Les chiffres qui me permettent de jouer, et les notes de musique.
Les notes de musique m’indiquent le rythme. Sans ces notes il m’est très difficile d’interpréter le morceau si je n’ai pas l’enregistrement bien sûr.
Les notes sont sur une portée (représentée par 5 lignes).

La clé de sol clef de solnous indique que la note placée sur la seconde ligne à partir du bas est un sol.
Parfois cette portée affiche des signes supplémentaires : des altérations
Ces altérations dièse # ou bémol  constituent l’armure ou (armature), elles déterminent la tonalité.

 

Ce que je dois savoir c’est l’ordre de ces altérations

si j’ai 1 dièse à la clé c’est obligatoirement un fa
si j’en ai 2 c’est un fa et un do
si j’en ai 3 c’est un fa un do et un sol etc dans l’ordre du tableau au dessus.

 

L’ordre des bémols est inverse à celui des dièses.
si j’ai 1 bémol c’est un si
si j’en ai 2 c’est un si et un mi etc…

Accordéon diatonique : les gammes majeures et mineures

Le solfège ou la formation musicale fait peur. Beaucoup de personnes se refusent de faire de la musique parce qu’il y a cette notion de solfège.

L’accordéon diatonique est un instrument comme bien d’autres qui peuvent se jouer sans cette formation.

Par contre n’êtes-vous pas curieux?

Moi je le suis, je vais tenter par cette rubrique de faire comprendre certains points.

Tout d’abord je vais faire deux échelles pour les gammes majeures et mineures

Chaque gamme majeure ou mineure aura cette échelle.

L’espace entre chaque degré ou note s’appelle un intervalle.
Cet intervalle est égal à un ton ou 1/2 ton.

Chaque degré correspond à une note et je les nomme par les chiffres romains :

Degré I
Degré II
etc le degré VIII = le degré I

C’est le même son.

L’une des gammes les plus connues dans notre vie est la gamme de do,
C’est la base de la gamme majeure.

Do (I), Ré (II), Mi (III), Fa (IV), Sol (V), La (VI), Si (VII), Do (VIII= ).

Remarquez que dans les échelles, les demi-tons arrivent après le mi et le si.
Moyen mémo technique pour s’en souvenir : après les i, demi-ton.

Les gammes majeures et les gammes mineures ont une étroite relation

 

Toute gamme majeure a sa gamme relative mineure.

Ces deux gammes sont écrites avec les même notes.
Exemple : gamme de do (C) majeur —> do, ré, mi, fa, sol, la, si, do
Sa relative est la gamme de la mineur (Am) —>  la, si, do, ré, mi, fa, sol, la

Autre exemple : gamme de sol (G) majeur —> sol, la, si, do, ré, mi, fa#, sol
Sa relative est la gamme de mi mineur (Em) —> mi, fa#, sol, la, si, do, ré, mi